LyonSaintéLyon 2012 : le mot de la fin

Nous avions un peu de mal à y croire en quittant Lyon samedi matin : le bitume de la route avait sa couleur anthracite habituelle, les chemins étaient marrons et l’herbe était verte. Il y avait bien cette petite touche de blanc au loin sur les sommets des Monts du Lyonnais mais rien qui puisse nous faire craindre ou espérer le remake neigeux de l’édition 2010. Au mieux, un pâle succédané de sa blancheur immaculée, suffisant toutefois pour faire de beaux clichés.

Le soleil était au rendez-vous. Un soleil généreux, installé à son aise dans un ciel tout acquis à sa cause si ce n’est quelques rares nuages moutonneux et une brume lointaine qui nous masquait l’horizon. Pour la vue sur les Alpes, c’était à nouveau loupé. On finira par ne plus me croire et pourtant je vous le jure, on peut toucher le Mont Blanc du doigt par beau temps.

La neige fut pourtant bien au rendez-vous, d’abord timidement, sous la forme de traces en bordure de chemin, puis par la suite, en s’affirmant de plus en plus, au fur et à mesure de notre progression. Alors que nous prenions de l’altitude, les paysages se transformaient, nous quittions l’automne et sa palette mordorée pour la froideur et la blancheur ouatée d’une fin d’après-midi d’hiver.

LyonSaintéLyon 2012 : le mot de la fin

A sainte-Catherine, la transformation touchait à sa fin mais c’est à partir de Moreau que nous avons pu profiter pleinement de l’épisode neigeux. Une fois dépassées les quelques maisons, plus la moindre trace, la route était impraticable sauf à vouloir se brûler les cuisses dans une séance démente de PPG. Nous avons coupé à travers champs pour rejoindre les crêtes. Sous l’effet d’un vent glacé, la neige avait formé une croûte gelée qui soutenait nos pas. Ce n’était plus le cas dans le bois et nous avons progressé lentement, en cherchant notre route entre les arbres et en nous enfonçant parfois profondément au gré des congères. Une belle partie de rigolade. Ces quelques moments de bonheur partagé font tout le sel de la LyonSaintéLyon.

LyonSaintéLyon 2012 : le mot de la fin

Le soleil s’est couché seul sur les hauteurs du parcours, nous n’étions pas au rendez-vous. Les plaisanteries certes sympathiques que sont le Bois de la Dame et le Bois de la Gorge couplées à la séance de natation en neige profonde après Moreau auront plombé mes prévisions horaires. La petite séance de jardinage avant Sorbier n’a probablement pas arrangé les choses. Nous sommes arrivés vers 21h30 avec plus d’1h30 de retard sur l’horaire prévu. Autant vous dire que nous avons été quelque peu pressés par le temps : une petite photo de groupe pour Le Progrès devant le stand Lafuma et Terre de Running et nous prenions le large illico au Flore pour nous refaire une santé avant l’épreuve officielle.

Manger, se changer, dormir un court instant pour certains d’entre nous et puis très vite, il était temps de rassembler ses forces pour se fondre dans ce peloton fort de plusieurs milliers de coureurs. Un nouveau chapitre de l’histoire de la SaintéLyon commençait. Pour nous l’aventure continuait …
 

Il est temps de remercier tous les protagonistes de l’histoire.

 
Chaque participant a reçu au départ un buff aux couleurs de la LyonSaintéLyon. C’est important de pouvoir garder un souvenir de sa participation à la LyonSaintéLyon. Un grand merci aux magasins Terre de Running et notamment à Arnaud qui s’est démené pour préserver nos oreilles du froid.

LyonSaintéLyon 2012 : le mot de la fin
Ste Catherine // Entre deux verres de champagne, c’est noël avant l’heure : frontales H7 et dossards offerts à tous les participants.

Chaque participant a reçu en dotation une lampe frontale H7. Un beau cadeau de Led Lenser France qui s’inquiétait pour nous, pauvres coureurs seuls dans la nuit. Un grand merci à Thierry pour son soutien. Grâce à lui, la LyonSaintéLyon est plus que jamais le off pour amateurs (un peu trop) éclairés !
Chaque coureur a pu participer à un tirage au sort pendant le ravitaillement de Ste-Catherine. En guise de lots, des dossards et pas des moindres. Pas de dossard pour l’Ultra Boucle de la Sarra mais si vous êtes sages on en distribuera quelques-uns l’année prochaine.

Chaque personne a eu droit à un lot gagnant. Petite surprise de l’édition 2012 : les deux dossards pour le Trail des Forts de Besançon dont l’organisation a été récemment confiée à Extra.

Je remercie vivement les organisateurs du trail Verbier St-Bernard, l’agence Extra-Sports et Terre de Running pour les lots offerts. Vous avez fait des heureux.

LyonSaintéLyon 2012 : le mot de la fin
Derniers préparatifs à quelques heures de l’épreuve.

Retrait des dossards en amont de la course, Pass « Organisation » pour l’accès de notre assistance dans l’enceinte de Parcexpo, accès aux structures des ravitaillements officiels de Sainte-Catherine et de Saint-Christo. Autant de facilités offertes par Extra-Sports et le CT Lyon. Une pensée toute particulière à Michel Sorine pour sa disponibilité et son aide toujours aussi précieuse. Un grand merci également à Gilles Guichon et à toute son équipe pour leur accueil chaleureux. C’était sympa d’avoir pu trinquer avec vous.

Un grand merci à chacun de vous pour sa participation. Partager des moments tout simples entre personnes de bonne compagnie est le principal moteur de la passion qui m’anime. Votre satisfaction est avant tout la mienne. Purée, vous en avez de la chance … 😉

Un grand merci à mon staff de bénévoles dévoués, mes parents, ma sœur, ma femme. La LyonSaintéLyon, c’est une affaire de famille. Sans eux, pas de ravitaillement à Sainte-Catherine, pas de sac d’allègement. Ce serait tout de suite moins confortable n’est-ce pas ?

LyonSaintéLyon, Ultra Boucle de la Sarra, entrainements, compétitions … un grand merci à ma moitié pour son soutien et son immense patience.

Voilà c’était le mot de la fin. Je vous donne rendez-vous en 2013 pour une édition qui ne manquera probablement pas de surprises. Ce sera en effet le 60ème anniversaire de la SaintéLyon et le 10ème anniversaire de la LyonSaintéLyon.

A très bientôt …

Arthurbaldur. 🙂
www.arthurbaldur.fr

LyonSaintéLyon 2012 : le mot de la fin
Une petite partie de l’équipe à l’arrivée de la SaintéLyon : Gilles, Daloan, Arthurbaldur et Biscotte.

Share This