Reconnaissance TDR St-Christo - Soucieu

Séances d’entrainement collectives (8 séances mine de rien), reconnaissance du parcours de la SaintéLyon 2013, les magasins Terre de Running ne ménagent pas leur peine pour nous satisfaire avec une organisation bien rodée et un dynamisme qu’on ne peut qu’apprécier et souligner.

Ce dimanche avait donc lieu la reconnaissance du tracé de la SaintéLyon 2013 entre Saint-Christo-en-Jarez et Soucieu-en-Jarrest correspondant aux relais 2 et 3 de la course. Terre de Running prend en charge l’organisation du transport, le ravitaillement en fin de sortie et l’encadrement du groupe. Nous autres coureurs n’avons plus qu’à courir et c’est déjà pas mal ! Un service apprécié si l’on en croit le succès grandissant du concept : un car pour la première édition en 2012, deux cars cette année ! Ca va devenir un classique, je vous le dis.

Les plus courageux d’entre nous ont reconnu l’intégralité des deux relais (39 km) tandis qu’un second groupe plus attaché au confort et à la chaleur de leur couette se contentait du relais 3 (25 km). Il est vrai qu’il fallait du courage pour affronter une météo quasi hivernale : atmosphère fraiche et humide et brouillard à couper au couteau. Le terrain n’était guère plus accueillant : fine couche de neige, quelques congères par-ci par-là et des secteurs boueux à souhait. Bref des conditions idéales pour une SaintéLyon. Le soleil a fini par percer en début d’après-midi et quelques éclaircies timides nous ont permis d’apprécier le panorama magnifique depuis les balcons de Saint-André-la-Côte. Et oui, ce n’est pas un mythe Cécile, on peut apercevoir la chaine des Alpes et le Mont Blanc depuis les hauteurs des Monts du Lyonnais.

Reconnaissance TDR St-Christo - Soucieu

Les athlètes de Terre de Running nous ont dispensé quelques précieux conseils tout au long de la balade. Mention spéciale à notre guide sur le premier relais, pour ses conseils en jardinage et sa mise en pratique sur le terrain. Elle était très bien cette petite descente supplémentaire. Désolé d’avoir contrarié la démonstration avec mon Orégon 600. Mention spéciale également à compère Gigi qui nous a initié à la salsa du Gillou, une technique d’une redoutable efficacité pour éviter les douleurs aux mollets dans les montées, qui consiste à finir chaque pas jambe tendue. Pour ne rien gâcher, la technique provoque un léger déhanchement et un balancement hypnotique qui n’est pas dénué d’intérêt quand elle est appliquée par la gent féminine. Oups, je m’égare …

Deux heures pour la première partie, quatre pour la seconde, la balade n’a pas été de tout repos mais c’est fou ce que les papotages et les franches rigolades peuvent gommer les difficultés, c’est là aussi l’intérêt des sorties en groupe. A l’arrivée, quatre-quarts, boissons diverses et les incontournables dragibus nous ont permis de refaire les niveaux.

Merci Terre de Running.

Arthurbaldur. 🙂
www.arthurbaldur.fr

PS : spécial remerciement également pour l’after Kikourou. Une tuerie ce Far Breton et quel bonheur une petite mousse après l’effort.

Les photos :

Share This