pollueur-la-chasse-aux-blaireaux-est-ouvertes
[Crédit photo Romain G]

Les organisateurs de la SaintéLyon tirent le signal d’alarme : trop de déchets. Malgré une très légère baisse par rapport à 2013, le constat est accablant. Plus de 70 kg d’emballages de gels, de barres et de bouteilles en plastique ont été ramassés la semaine suivant la course par les brigades vertes de l’AREMACS. C’est d’autant plus affligeant quand on pense que les déchets collectés par les services municipaux ne sont pas inclus dans ces 70 kg ! Certaines communes traversées menacent même de ne plus laisser passer la course et on les comprend !

C’est vrai que c’était une horreur l’année dernière. Nous avons un peu trainé la patte avec Thierry sur le retour et nous avons eu tout loisir de constater l’étendue du désastre : beaucoup de gels, des amas de bouteilles devant les maisons des riverains au point que j’avais franchement honte en passant devant eux …

Pour endiguer le phénomène, des brigades volantes mèneront des actions répressives avec des disqualifications à la clé pour les contrevenants. Avec un peloton de 15 000 coureurs dans la nuit, leur action risque d’être avant tout symbolique. Lutter contre cette tendance détestable dénoncée par les organisateurs est avant tout l’affaire de tous. Un coureur jette un gel devant vous ? Faites-lui en la remarque sans animosité. Il en restera toujours quelque chose …

Il serait également souhaitable que les marques directement concernées participent à l’effort de communication. Elles ne sont pas directement responsables des comportements répréhensibles de certains mais si j’étais dirigeant d’entreprise j’aurais franchement honte de voir les emballages de mes produits joncher les sentiers.

Je vous laisse prendre connaissance du communiqué d’ExtraSports. Merci de partager l’information au maximum. En espérant que nous n’ayons plus à rougir cette année à l’issue de cette belle preuve qu’est la SaintéLyon.

Arthur 🙂
www.arthurbaldur.fr

Le site de l’association AREMACS.

« ALORS QUE LA PROCHAINE ÉDITION DE LA SAINTÉLYON ENREGISTRE DÉJÀ PLUS DE 10 000 INSCRITS À 3 MOIS DU DÉPART, UN CHIFFRE QUI SOULIGNE L’INCROYABLE POPULARITÉ DE L’ÉVÉNEMENT, PLUSIEURS COMMUNES TRAVERSÉES PAR LE PARCOURS DE L’EMBLÉMATIQUE SAINTÉLYON ONT TIRÉ LA SONNETTE D’ALARME !

En effet, le succès grandissant de l’événement va malheureusement de pair avec l’incivilité galopante des coureurs, malgré tous les efforts de sensibilisation, de mutation (suppression des gobelets…) et de nettoyage entrepris par les organisateurs depuis près de 10 ans. Les sentiers empruntés, mais également les petites routes ou les villages traversés sont de plus en plus impactés par les déchets des participants. Bien sûr, l’essentiel est nettoyé dans la semaine qui suit par les brigades vertes ou les services municipaux, mais quel spectacle pour les riverains ou les randonneurs le lendemain de l’épreuve. À la demande de plusieurs communes mécontentes suite à la dernière édition, l’organisation a décidé de réagir pour inverser cette tendance détestable, contraire à l’esprit trail. En effet, suite à l’intervention de nettoyage de l’association Aremacs en 2014, spécialisée dans la mise en place de pratiques éco-responsables au cours d’évé- nements sportifs, plus de 70 kg de déchets ont été ramassés après la course sur les sentiers entre Saint-Etienne et Lyon, principalement composés de tubes énergétiques, papiers de barres céréales et bouteilles plastiques. Malgré une légère diminution enregistrée par rapport à 2013, les communes concernées s’affligent devant ces incivilités et menacent même de remettre en cause à terme le passage de la course. »

L’ORGANISATION S’ENGAGE À METTRE EN PLACE OU RENFORCER UN CERTAIN NOMBRE D’ACTIONS PRÉVENTIVES, ACTIVES ET RÉPRESSIVES :

• Communication accentuée
• Présence de points de collectes à la sortie des villages et avant certains passages en sentiers
• Brigade de ramassage des déchets renforcée et intervention dès le lendemain de l’épreuve
• Brigades volante de disqualification

Share This