Parcours et Ravitaillements

La 180 consiste en un aller-retour sur le tracé de la mythique SaintéLyon. L’aller en « Off » est effectué en respectant le tracé officiel au plus près. Cela dit, un peu de jardinage est toujours du domaine du possible et des contraintes indépendantes de notre volonté peuvent nous imposer quelques changements minimes. Ce fut le cas en 2010 et 2013, pour éviter les congères sur le passage en crête, au-dessus de Moreau.

Caractéristiques de l’aller-retour version 2017:

  • 145 km,
  • 60% de chemins pour 40% de bitume,
  • 3 800 m de dénivelé positif,
  • Point culminant à 930m d’altitude.


Passage à proximité de Moreau lors d’une reco officielle de la SaintéLyon

Le « Off »

  • 72,6 km,
  • 2 050 m de dénivelé positif pour 1 730m de dénivelé négatif,
  • 3 ravitaillements,
  • Durée de course : environ 13h30, pauses comprises.

Les ravitaillements (Off)

Soucieu en Jarrest

(Vers 09h30 – Temps de course : 3h00)
Un arrêt de 45 minutes est prévu dans le centre de Soucieu sur le stand de l’équipe locale du Téléthon. Prévoir un peu de monnaie pour les remercier de leur hospitalité, et c’est aussi pour la bonne cause! Au programme: saucisses-patates pour recharger en énergie avant d’attaquer le gros des montées.

Pause disco au stand Téléthon en 2016

Sainte-Catherine

(Vers 14h30 – Temps de course : 8h00)
Un arrêt d’une heure est prévu à proximité du stade, dans la tente du ravito de la course officielle. Merci pour leur accueil à Extra et aux bénévoles qui commenceront à monter le ravito de la nuit. Un ravitaillement chaud, thé, café, soupe aux vermicelles vous sera proposé ainsi que de l’eau et du coca. Chaque coureur apportera quelques provisions qui seront mises en commun. Ces provisions seront prises en charge le matin avec les sacs coureurs au départ et seront acheminées à Sainte-Catherine par l’organisation. Les spécialités locales seront appréciées à leur juste valeur. Un peu de comté ou de pâté berrichon avec la soupe aux vermicelles par exemple … on en salive d’avance! Il sera ensuite temps de nous remettre en route, la panse bien pleine et en mode « nuit ».

Ravito 2016 à Ste-Catherine

Saint-Christo en Jarez

(Vers 17h30 – Temps de course : 11h00)
Un arrêt d’une quinzaine de minutes pour faire le plein d’eau au stade, dans la tente du ravito de la course. Merci pour leur accueil à Extra et aux bénévoles qui commenceront à monter le ravito de la nuit. L’occasion d’échanger quelques mots avec eux avant le grand rush.

Saint-Etienne

(Vers 20h00 – Temps de course : 13h30)
A mi-parcours, quelques heures de repos vous attendent avant de prendre part à la course officielle. Pour vous restaurer avec un maximum de confort, nous vous proposons de vous inscrire à l’AAB Kikourou, que l’on peut traduire littéralement par « appel à bouffer » ou bien encore « appel à boire » selon que l’on ait surtout la dalle ou la pépie. Kikourou réserve pour l’occasion la salle du restaurant « Le Flore » qui jouxte l’enceinte du parc des expositions. Un havre de paix comparé à l’effervescence qui règne dans les bâtiments du parc des expositions et qui offre toutes les commodités que l’on peut attendre d’un restaurant et notamment des toilettes … Il est même possible de faire un somme dans un petit salon au sol recouvert de moquette. Réservation préalable indispensable.

L’arrivée à Sainté en 2016

Le « On »

  • 72,6 km,
  • 1 730 m de dénivelé positif pour 2 050m de dénivelé négatif,
  • 5 ravitaillements dont 3 points relais,
  • 8 points de chronométrage.

Le tracé

Le parcours 2017

Les points clés du parcours

Les principales difficultés sont concentrées dans la première partie du parcours, avec un passage au point culminant de la course au Signal de Saint-André la Côte, entre Sainte-Catherine et Soucieu (Alt. 930m). Cette partie de la course doit être effectuée tout en douceur. La réussite de votre objectif chronométrique dépendra en grande partie de votre aptitude à vous économiser dans cette succession de grosses bosses (Sorbiers, sortie de St-Christo, sortie de St Catherine, Signal) et de descentes techniques (descente sur St-Catherine, descente du Bois des Marches).

Vous devez arriver avec de bonnes jambes au ravitaillement de St Genoux car le parcours descendant et roulant par la suite vous autorise une bonne allure de course (descente sur Soucieu). Après Soucieu, quelques bosses sont redoutables à ce kilométrage du parcours (Bois de la Dame, passage du Garon, Côte des acqueducs de Beaunant).

Après la côte des Aqueducs de Beaunant, un coureur en forme peut faire des ravages sur le finish, s’il a encore les jambes qui déroulent. Pour les autres, cela ressemble plus à un long calvaire.

La sortie de St-Etienne :

6km de bitume quasiment plat. Attention de ne pas partir trop rapidement, sinon la nuit va être (très) longue.

Entre Sorbiers et Moreau :

Passée la longue zone industrielle dans St-Etienne, la route s’élève sur 2 km puis dans Sorbiers, on quitte le bitume et l’éclairage urbain. Le serpent lumineux de la SaintéLyon prend forme. Charmants passages entre vallons et forêts avant de regagner la trace habituelle à Cochollon par un long faux plat montant et bitumé (attention si vent de face!). On gagne ensuite Saint-Christo par le Col de la Gachet. Une longue montée jusqu’aux crêtes suivra ensuite ce premier ravito du retour.

La descente sur Sainte-Catherine :

Après avoir passé les Crêtes de Moreau, le Châtelard, et aperçu pour la première fois au loin les lumières de Lyon, on entame la descente sur Sainte-Catherine. Celle-ci est très piégeuse (terrain très caillouteux et humide). Gare aux entorses.

La montée au Signal de Saint-André :

Après la traditionnelle montée sur Brûle Fer, la trace prend à gauche pour gagner le lieudit de Chavagneux par une alternance de chemins exposés au vent et de passages en forêt. Ensuite il sera temps d’opérer la montée finale au Signal, côté Crêt Pelossier. Là-aussi, avant la partie forestière finale, gare au refroidissement si la bise est de la partie! Au Signal (point culminant de la course), vous pourrez profiter d’un peu de chaleur autour du feu du fameux bivouac du Lyon Ultra Run!

Bivouac LUR sur le retour

La descente sur Soucieu-en-Jarrest :

Il sera ensuite temps de descendre jusqu’à Saint-Genoux par une descente bien piégeuse qui n’a rien à envier au Bois d’Arfeuille (pas emprunté cette année), la descente du Bois des Marches: de bons gros cailloux, souvent cachés par des feuilles. Gare aux chevilles! Passé le ravitaillement liquide à la ferme du Camp, vous attaquerez un passage roulant (bitume et bons chemins) qui vous amènera en bas de Rontalon. Viendra ensuite la longue montée du Bois de la Dame pour arriver à Haut Marjon et retrouver l’ancienne trace (premier passage depuis 2012) qui vous amènera à Soucieu par une séquence là-aussi très roulante.

Le passage du Garon :

Soucieu passé, vous traverserez le Furon après une petite descente technique. Une remontée courte mais sèche vous amènera à Champanel avant de cheminer à travers bois et petits singles bien sympathiques jusqu’au passage du Garon et sa fameuse passerelle. Après une loooooongue ligne droite, vous attaquerez la montée des Lapins avant de gagner Chaponost et son dernier ravito.

La côte des Aqueducs de Beaunant :

Après la traversée du Parc du Boulard, de quelques vergers et des faubourgs de Chaponost, il sera temps d’attaquer la montée des Aqueducs. La dernière grosse difficulté au programme. Elle n’est pas très longue mais la pente atteint plus de 20% par endroit et ceux qui sont partis un peu trop vite de Saint-Etienne s’en souviendront.

Le final :

Après la traversée du parc aventure de Sainte-Foy et la courte mais raide remontée par le chemin des Courtilles, vous pourrez commencer à savourer: il suffira de passer les balcons de Sainte-Foy, de profiter de la vue sur Lyon, avant de descendre les grands escaliers du Grapillon (appréciez les différentes figures de style de certains participants pour descendre les marches!). Le triomphe commencera lors de la traversée du Pont Raymond Barre pour s’achever dans la Halle Tony Garnier .

Share This